Données vecteur et raster

Les types de données utilisables avec QGIS

 

Dans le domaine des SIG, il existe deux types principaux de données qui sont appelés aussi des modèles :

  • les données (modèles) vecteur,
  • les données (modèles) raster.

Les données (modèles) vecteur

Dans les données vecteur, on trouve des données de type point, de type ligne et de type polygone.

  • Un point est identifié par ses coordonnées en x et en y.
  • Les lignes et les polygones aussi identifiés par les coordonnées de leurs sommets.
les données de type vecteur

Pour les données vecteur, le format le plus utilisé est le format Shapefile (ou fichier de formes) crée par ESRI.

Ce format de données comprend plusieurs fichiers, à savoir :

  • Fichier .shp :dans ce fichier sont stockées les coordonnées des points s’il s’agit d’une couche de point et les coordonnées des sommets s’il s’agit de lignes ou de polygones.
  • Fichier .shx : fichier d’index de forme ; un indice de position de la géométrie de l’entité  permettant de la rechercher vers l’avant et vers l’arrière.
  • Fichier .prj : englobe le système de coordonnées et l’information sur la projection, dans un fichier texte décrivant la projection
  • Fichier .dbf : table attributaire, contenant les attributs associés à chacune des entités de la couche de données vectorielles.
    • Dans cette table chaque ligne correspond à une entité (un point, une ligne ou un polygone).
    • Chaque colonne, ou champ renseigne une caractéristique des entités. Par exemple pour une couche de points représentant les villes cela peut être le nom des villes, leur population, etc. 

Précautions à prendre en considiration lorsqu’on travaille avec le format shapefile:

  • Il faut noter qu’une couche de données vecteur ne contient qu’un seul type de données : soit des points, soit des lignes, soit des polygones.
  • Toujours copier tous les fichiers, copier seulement le .shp ne fonctionne pas.
  • Il est important que tous les fichiers se trouvent dans le même dossier et aient le même nom.
  • Les noms des différents champs de la table attributaire ne doivent pas dépasser 10 caractères et la taille du fichier contenant la table attributaire 2Go.

Données raster

Images raster
  • Tous les formats d’images sont susceptibles d’être une source de données raster : .jpg, .png, … à condition qu’elles doivent être géoréférencées, c‘est à dire de leur attribuer un système de coordonnées.
  • Les formats GeoTIFF et JPEG2000 sont deux formats couramment utilisés pour stocker des données raster dans des SIG tels que QGIS.
  • Le format GeoTiff (basé sur le format image Tif) comprend une description du type de coordonnée .
  • Format jpeg2000: c’est le format que nous pouvons rencontrer en télédétection dont l’extension est .jp2 ou .jpg2.

  • D’autres fichiers peuvent être associés à un fichier de type GeoTiff :
    • .qml : sauvegarde du mode de représentation du fichier raster. Attention ce format est propre à QGis.
    • .aux.xml : sauvegarde des statistiques du fichier ainsi que du système de coordonnées de l’image. Ce fichier permet d’accélérer l’affichage de l’image.
    • .tfw : stockage des coordonnées et des pixels. Ce type de fichier de moins en moins utilisé.
  • Le format JPEG2000 est également un format de fichier d’image raster, mais il utilise une technique de compression plus avancée que le format GeoTIFF.
  • Le format JPEG2000 est souvent utilisé pour stocker des images haute résolution, telles que les images satellites, car il permet de réduire considérablement la taille du fichier tout en préservant la qualité de l’image.
  • Toutefois, le format JPEG2000 n’est pas aussi largement pris en charge que le format GeoTIFF dans les logiciels SIG.

Format des données GeoJSON

  • Le format GeoJSON est un format de fichiers texte qui permet de stocker des données géospatiales sous forme de fichiers JSON.
  • Il est largement utilisé pour échanger des données géospatiales entre différentes applications et plates-formes.
  • Il est supporté par de nombreux logiciels SIG.

Format GeoPackage

Le format GeoPackage est un format de fichier de base de données qui permet de stocker des données géospatiales et non géospatiales dans une seule base de données.

Le format GeoPackage est une norme ouverte de l’Open Geospatial Consortium (OGC) et est pris en charge par de nombreux logiciels SIG.

  • Un fichier GeoPackage peut être vu comme une base de données qui peut contenir plusieurs tables.
  • Chaque table sera une couche vecteur indépendante.

  • Un seul fichier .gpkg peut correspondre à une ou plusieurs couches et sera exploitable plus facilement qu’un groupe de fichiers shapefile.

  • Il est devenu le format employé par défaut, depuis la version 3 de QGIS.

Quelle est la différence entre geojson et geopackage?

La principale différence entre le format GeoJSON et le format GeoPackage :

  • c’est que le format GeoJSON est un format de fichiers texte qui permet de stocker des données géospatiales sous forme de fichiers JSON,
  • tandis que le format GeoPackage est un format de fichier de base de données qui permet de stocker des données géospatiales et non géospatiales dans une seule base de données.
  • le format GeoPackage offre des fonctionnalités plus avancées que le format GeoJSON, telles que :
    • la possibilité de stocker des données vecteur et raster dans la même base de données,
    • et la possibilité d’utiliser des index spatiaux pour accélérer les requêtes spatiales.

Choix entre geojson et geopackage

Le choix entre le format GeoJSON et le format GeoPackage dépend des besoins spécifiques de votre projet.

  • Si vous avez besoin de stocker des données géospatiales simples et que vous prévoyez d’échanger ces données avec d’autres applications, le format GeoJSON est probablement le meilleur choix.
  • Toutefois, si vous avez besoin de stocker des données géospatiales plus complexes, y compris des données vecteur et raster, et que vous avez besoin d’utiliser des index spatiaux pour accélérer les requêtes spatiales, le format GeoPackage est probablement le meilleur choix.

Comment stocker des couches sous le format GeoPackage

Pour stocker des couches sous le format GeoPackage avec QGIS, vous pouvez suivre les étapes suivantes :

  1. Ouvrez QGIS et ajoutez la couche que vous souhaitez enregistrer sous forme de GeoPackage à votre projet.
  2. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur la couche dans la table des matières et sélectionnez « Exportation » > « Sauvegarder les fonctionnalités sous… » dans le menu contextuel.
  3. Dans la boîte de dialogue « Sauvegarder les fonctionnalités sous… », sélectionnez « GeoPackage » comme format de fichier.
  4. Sélectionnez le nom et l’emplacement du fichier GeoPackage que vous souhaitez créer, puis cliquez sur « OK ».
  5. Dans la boîte de dialogue « Options d’exportation », vous pouvez spécifier les options d’exportation pour la couche, telles que le système de coordonnées de référence, la précision des coordonnées et les options de compression.
  6. Cliquez sur « OK » pour exporter la couche sous forme de GeoPackage.

Vous pouvez maintenant utiliser le fichier GeoPackage dans d’autres projets QGIS ou dans d’autres applications SIG qui prennent en charge le format GeoPackage.

Sauvegarde d'une couche vecteur en geopackage

Comment utiliser les données vecteur dans QGIS?

QGIS est un logiciel puissant et intuitif qui permet aux utilisateurs d’utiliser des données vecteur pour créer des cartes et des visualisations.

Les données vectorielles sont des données géographiques qui sont stockées sous forme de points, de lignes et de polygones, comme déjà signalé avant.

Elles peuvent être utilisées pour représenter des entités géographiques telles que:

  • des routes,
  • des bâtiments,
  • des limites administratives et des cours d’eau , et bien d’autres.

Pour utiliser des données vectorielles dans QGIS, les utilisateurs doivent d’abord importer leurs données dans le logiciel. sous forme de fichiers SHP, KML, ou GeoJSON et autres formats de données vectorielles.

 

Une fois les données importées, les utilisateurs peuvent les afficher sur une carte et les modifier en fonction de leurs besoins.

Les utilisateurs peuvent également ajouter des couches supplémentaires à leur carte,

telles que :

  • des couches de points,
  • de lignes,
  • et de polygones, pour créer des cartes plus détaillées.

QGIS offre également aux utilisateurs des outils puissants pour analyser et manipuler leurs données vectorielles.

On peut utiliser des outils tels que le calcul de distance, le calcul de surface et le calcul de longueur pour analyser les données.

L’utilisateur peut également utiliser des outils tels que:

  • le découpage,
  • le fusionnement,
  • et le filtrage pour modifier leurs données vectorielles.

QGIS est un outil puissant et intuitif pour travailler avec des données vecteur. Les utilisateurs peuvent importer, afficher et modifier leurs données vecteur, ainsi que les analyser et les manipuler à l’aide d’outils puissants.

A suivre…

 

  • Comment importer des données raster dans QGIS
  • Comment travailler avec des données de terrain dans QGIS
  • Comment utiliser des données de base de données dans QGIS
  • Comment intégrer des données Web dans QGIS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *